I moved my website to a new host provider.

You are automatically redirected to the new site within a few seconds!

If it does not work: http://biometrics.mainguet.org/


Consumer biometric (fingerprint) systems can be used by police.
La police peut vous retrouver grâce aux systèmes grand public de reconnaissance (d'empreinte).

Is Big Brother coming back?

Because of the strong link people are making between fingerprints and police, one might think that every time he/she uses a fingerprint system, even in a store, the police will immediatly knows that. By extent, facial recognition is even more a problem, because this is a passive detection.

For sure, this is not impossible, it is only a political decision. I just can say "defend your rights", and don't accept any system (biometric or not) that do not protect your privacy.

Some systems are better than others: it is obvious that a system using a database is more dangerous than a system where your biometric information is directly stored on the smart card you own.

Un bon régime totalitaire vous tente?

Le lien entre la police et les empreintes digitales est devenu tellement commun qu'on peut facilement penser qu'à chaque fois qu'on utilisera un système d'empreinte, même dans un petit magasin perdu, la police le saura immédiatement. Par extension, c'est encore pire avec la reconnaissance faciale, parce que c'est une technique passive de détection.

Bien sûr, ce n'est pas impossible, c'est juste une décision politique. Tout ce que je peux vous dire, c'est "défendez vos droits", et n'acceptez aucun système, biométrique ou non, qui ne protège pas votre vie privée.

Certains systèmes sont meilleurs que d'autres de ce point de vue: il est évident qu'un système utilisant une base de donnée est plus dangereux qu'un système où votre information biométrique est stockée sur la carte à puce que vous avez avec vous.


En France, nous avons une particularité: la CNIL. Nonobstant ses manques évidents de moyens, elle essaye de protéger le citoyen sans pour autant bloquer le développement des technologies biométriques. En pratique, il faut se souvenir qu'elle applique essentiellement les règles suivantes:

  • Ne sont concernés que les systèmes où une base de donnée est constituée. Autrement dit, un système utilisant une carte à puce où sera stockée la référence biométrique est acceptable. Cela dit, rien n'empêchera le malhonnête de constituer "discrètement" une base de donnée au moment de l'enrôlement. Posez la question "que se passe-t-il si je perd ma carte?" et vous serez mis sur la voie: il faudra impérativement que vous reveniez pour en créer une nouvelle, sinon cela veut dire qu'il y a eu stockage quelquepart, donc base de donnée...
  • L'usage de la biométrie doit être proportionnée à l'objectif. Pas d'empreinte digitale pour une cantine par exemple. C'est ce genre de règle qui protègera le citoyen. Ceci dit, il faut reconnaître qu'un système à empreinte pourrait empêcher de servir un repas potentiellement mortel pour un enfant allergique. Choisir le moindre mal, telle est la question!
  • Sont en général acceptables les systèmes qui ne laisse pas "de traces". Par exemple, vous laissez votre empreinte digitale un peu partout, mais par contre l'iris ou (la forme de) la main ne laisse pas de traces. Ceci permet de limiter la fraude, car il faudra se procurer/pirater un lecteur original pour obtenir potentiellement une copie, ce qui exige des ressources et un effort particulier.
  • Biométrie : la position de la CNIL
  • Biometrics visitors